fr
Scientific Project Manager

Marion Psomiades

Neurosciences et maladies rares

“L’innovation thérapeutique ciblant les maladies neurodégénératives et neurodéveloppementales est un enjeu de santé majeur. À l’Institut Roche, nous avons la chance de travailler à l’interface entre l’écosystème R&D du groupe Roche et des groupes de recherche académiques internationaux pour co-construire des partenariats R&D public-privé. Ces collaborations d’excellence permettent d’accélérer les innovations thérapeutiques pour les patients. En tant que chef de projet scientifique, mes missions sont aussi diverses que passionnantes : identifier les partenaires et les synergies scientifiques, co-construire le projet collaboratif, assurer le suivi scientifique et faciliter les relations avec les collaborateurs.”

Rôle à l’Institut Roche et parcours professionnel :

J’ai rejoint l’Institut Roche en 2019, en tant que chef de projet scientifique. Mon rôle est de trouver des synergies entre les programmes de R&D internes (Roche) et externes (dans le monde) afin de co-développer d’ambitieux partenariats de recherche public-privé dans les neurosciences, les maladies rares et l’ophtalmologie. Avant de rejoindre l’Institut Roche, j’ai travaillé sur des pathologies neuropsychiatriques, notamment la schizophrénie et la dépression, afin de comprendre les mécanismes de neuroplasticité et les altérations cérébrales qui sous-tendent une symptomatologie spécifique telle que les hallucinations auditives verbales. En outre, je suis formée aux méthodes de stimulation cérébrale non invasive (NIBS) pour diminuer les symptômes de résistance aux médicaments chez les patients.
Fascinée par les conséquences comportementales des fonctions cérébrales, je souhaite dévouer toute mon énergie et donner le meilleur de moi-même pour accélérer le développement de solutions thérapeutiques ciblant le cerveau afin d’améliorer la vie des patients.

Objectif à l’Institut Roche :

À l’Institut Roche, je travaille principalement sur les troubles neurodégénératifs et neurodéveloppementaux ainsi que sur l’ophtalmologie, que les pathologies soient rares ou plus communes.

  1. Psomiades M, Mondino M, Galvão F, Mandairon N, Nourredine M, Suaud- Chagny MF, Brunelin J. Serum Mature BDNF Level Is Associated with Remission Following ECT in Treatment-Resistant Depression. Brain Sci. 2022 Jan 18;12(2):126.
  2. Suaud-Chagny MF, Mondino M, Brunelin J. Frontotemporal Transcranial Direct Current Stimulation Decreases Serum Mature Brain-Derived Neurotrophic Factor in Schizophrenia. Brain Sci. 2021 May 19;11(5):662
  3. Adam O*, Psomiades M*, Rey R, Mandairon N, Suaud-Chagny MF, Mondino M, Brunelin J. Frontotemporal Transcranial Direct Current Stimulation Decreases Serum Mature Brain-Derived Neurotrophic Factor in Schizophrenia. Brain Sci. 2021 May 19;11(5):662.
  4. Psomiades M et al., N-Acetyl-Aspartate in the dorsolateral prefrontal cortex in men with schizophrenia and auditory verbal hallucinations: A 1.5 T Magnetic Resonance Spectroscopy Study. Sci Rep. 2018 Mar 7;8(1) :4133.
  5. Psomiades M et al., Integrity of the arcuate fasciculus in patients with schizophrenia with auditory verbal hallucinations: A DTI-tractography study. NeuroImage: clinical, 2016 May 3;12:970-975
  6. Psomiades M et al., Early Serum BDNF level changes predict remission in patients with treatment-resistant depression receiving electroconvulsive therapy. Preliminary Evidence. Biol Psychiatry. 2016, Volume 79, Issue 9, S281 – S416:401S [10.799]
  7. Psomiades M et al., Neurostimulation du cortex préfrontal dorsolatéral : quels effets sur la symptomatologie et les émotions dans la dépression et la schizophrénie ? Sante Ment Que. 2016 Spring;41(1):223-39

*Share first authorship

Plus de publications